Ephéméride du 20 septembre

1792 : création de l’état-civil

Par Moritz Gerber, membre du conseil scientifique

La création de l’état-civil le 20 septembre 1792 n’est pas anodine. Dès leur prise de pouvoir, les révolutionnaires cherchent à créer un Etat-nation en tentant d’éradiquer toutes les particularités des peuples vivant en France. Le but est de contrôler les populations et de confisquer le pouvoir aux religieux.

À partir de 1793, les registres doivent être tenus en français et en double exemplaire par les officiers municipaux. En terres germaniques, la chose est impossible : plus de 92 % de la population alsacienne ne comprend pas le français. Dans de nombreuses mairies, les naissances, mariages et décès continueront à être rédigés en allemand durant une vingtaine d’années. Ce n’est qu’à partir de 1811 que les registres d’état-civil seront tenus partout en français par la mise en place de registres pré-imprimés dans lesquels il suffira de renseigner les cases nom, prénoms, lieux, dates…

Pour mémoire, depuis la nuit des temps, les Alsaciens portent des prénoms allemands. Pour la première fois, on les affuble de prénoms français.

Les officiers d’état-civil ont ordre de n’inscrire que des prénoms français dans les registres. Ils francisent systématiquement les prénoms allemands. Les déclarants signeront cependant Johann ou Peter durant des générations.

Les noms de famille féminins sont également supprimés. Une des richesses linguistiques de la langue allemande fut en effet, pendant longtemps, la féminisation des noms de familles. Le nom de l’épouse et des filles de Müller sont orthographiés Müllerin dans les registres paroissiaux. On constate aussi l’éradication des ä, ö, ß, ü, ÿ…

> Voir toute l’éphéméride